Home » Franco by Bartolomé Bennassar
Franco Bartolomé Bennassar

Franco

Bartolomé Bennassar

Published 1995
ISBN :
409 pages
Enter the sum

 About the Book 

Qui était le général Franco ? Laccès aux documents, possible depuis 1976, a transformé les conditions de la recherche historique. Dimportantes publications en Espagne et dans le monde anglo-saxon ont enrichi la connaissance du personnage qui futMoreQui était le général Franco ? Laccès aux documents, possible depuis 1976, a transformé les conditions de la recherche historique. Dimportantes publications en Espagne et dans le monde anglo-saxon ont enrichi la connaissance du personnage qui fut lun des plus adulés et des plus détestés du XXème siècle. Vingt ans après sa mort, il était temps quun historien français analyse létonnant destin du Caudillo, un destin que rien dans sa jeunesse ne laissait présager. Né en 1892 dans une famille de la classe moyenne, méprisé par son père, ce fut un élève moyen et anonyme, plutôt timide. Or, il va sillustrer immédiatement sous luniforme au Maroc par son courage et son sens du commandement. A partir de 1916, il sera lofficier le plus jeune de son grade dans tous les cas de figure jusquà sa promotion comme général en 1926, à trente-quatre ans. Rallié de dernière heure à linsurrection de juillet 1936, préparée sans lui, il en devient le chef unique, à la suite de la disparition accidentelle des autres leaders éventuels. Mais comment a-t-il pu régner trente-six ans au terme de trois ans dune guerre civile que, estime B. Bennassar, Franco a peut-être fait durer pour asseoir son pouvoir ? Parce que, viscéralement catholique et anticommuniste, mais pas dogmatique, il a su, selon les cas, sappuyer sur lune ou lautre des forces contradictoires du régime. Grâce aux divisions de ses adversaires, grâce à une presse soigneusement contrôlée, grâce à une répression dabord très dure puis vigilante, grâce à sa prudence pendant la Seconde Guerre mondiale, grâce à son anticommunisme qui, au temps de la guerre froide, a valu au dictateur de nêtre plus diabolisé par les démocraties occidentales, grâce enfin à son inculture économique qui la conduit à partir de 1957 à laisser faire des techniciens conservateurs, mais libéraux...